Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Lis tes ratures !!

Parce que jouer sur les mots quand on parle de bouquins, c'est méta.

George Eliot - Le Moulin sur la Floss

Publié le 1 Avril 2008 par Lyra Sullyvan in Romans anglais, George Eliot, Classique, 1860, Gift, Female lead, Autrice

Ce sommet de l'histoire du roman anglais (qui en compte d'ailleurs beaucoup) date de 1860. Le thème principal en est l'amour tragique entre un frère et une soeur, qui se brouillent,  pour se réconcilier dans la mort. Entre-temps, la jeune fille a été amoureuse d'un infirme, puis du fiancé de sa cousine : mal lui en prendra.
Le meilleur du livre est dans la peinture poétique de l'existence quotidienne la plus humble, dans  "le sentiment de la question mystérieuse de la vie humaine et de la vie de la nature, des mystères sublimes auxquels nous participons en le sachant aussi peu que la fleur qui pousse" (Marcel Proust). On aimera ainsi "la nouveauté des images venant d'une vue tendre et neuve des choses".
---------------------------------
Cette quatrième de couverture est un peu ambigüe sur les liens qui unissent le frère et la soeur. Je ne peux pas deviner ce qu'a pu penser l'auteur, mais pour moi c'est simplement un amour fraternel, avec le respect et le rapport de lien de l'époque.

Malgré la longueur, j'ai bien aimé l'histoire qui est un peu plus animé que dans d'autres romans anglais de l'époque que j'ai pu lire (je pense à Jane Austen ou Emily Brontë, par exemple), mais n'en reste pas moins dans le style.

Même si je ne suis pas super fan de ce genre de littérature, je pense que c'est intéressant d'en lire un peu pour sa propre culture. En tout cas, c'est celui-là qui a le plus retenu mon attention.

En bref, amateurs de littérature anglaise du XIXe, n'hésitez pas!
 
1860, 697 p.
Editeurs : Folio (Classique)
Titre original : The Mill on the Floss
 
Commenter cet article
T
Je suis amatrice de littérature anglaise du 19ème siècle et je dois avouer que cette lecture m'a été difficile. D'une part parce que l'histoire est très pessimiste. L'auteur a une vision très
désespérée de la nature humaine, à qui il attribue toutes les imperfections de la société. Ensuite à cause du style, très lourd et plein d'emphase. Le narrateur n'est pas neutre, il se permet des
longues réflexions pas toujours à propos et des interpellation au lecteur à des moments pas forcément appropriés. Pourtant, je vois ce que ces aspects du textes, qui me rebutent peuvent avoir à
apporter à un lecteur, aussi, j'approuve votre recommandation, mais que le lecteur soit prévenu qu'il ne s'engage pas dans une lecture facile.
Répondre
L


Ouais, peut-être que sa densité n'aide pas non plus. :)