Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Lis tes ratures !!

Parce que jouer sur les mots quand on parle de bouquins, c'est méta.

Kate Mascarenhas - The Psychology of Time Travel

Publié le 15 Mars 2020 par Lyra Sullyvan in Kate Mascarenhas, Female lead, Head of Zeus, 2018, LGBTQ+, SFFF au féminin, SF, Romans anglais, Voyage dans le temps, Autrice, Diverse Reads

In 1967, four female scientists worked together to build the world’s first time machine. But just as they are about to debut their creation, one of them suffers a breakdown, putting the whole project—and future of time travel—in jeopardy. To protect their invention, one member is exiled from the team—erasing her contributions from history.

Fifty years later, time travel is a big business. Twenty-something Ruby Rebello knows her beloved grandmother, Granny Bee, was one of the pioneers, though no one will tell her more. But when Bee receives a mysterious newspaper clipping from the future reporting the murder of an unidentified woman, Ruby becomes obsessed: could it be Bee? Who would want her dead? And most importantly of all: can her murder be stopped?

--------------------------------------

Je suis tombée par hasard sur ce bouquin à Foyles à Londres l'automne dernier. Quand j'ai vu Time Travel et cette chouette couverture, j'ai été intriguée, quand j'ai lu la 4e et que ça parlait de femmes scientifiques, j'étais vendue.

Et je n'ai pas été déçue. L'auteur nous apporte sur un seul plateau une enquête, une déroulement historique sur plusieurs générations (entre 1967 et 2017 essentiellement même si on se concentre sur quelques années clés et que ça brasse un peu plus large que ça forcément), des querelles de scientifiques qui ont un peu trop d'égo, des histoires de famille et amoureuses, le tout servi avec une bonne dose de personnages féminins (disons... 95 %, pourcentage totalement arbitraire, mais ça vous donne une idée) très bien écrits, touchantes, parfois un peu barrées, intelligentes (oui on s'en fout si "personnage" est masculin, pour cette chronique c'est féminin etpuicétout).

L'autrice nous sort donc un menu complet qui est suffisamment riche pour nous satisfaire, sans pour autant surcharger l'assiette et nous perdre en route (je sais pas, la métaphore culinaire m'a prise subitement.).

On suit les perspectives de plusieurs d'entre elles, à différents moments dans l'histoire de cet univers, ce qui est chouette puisque ça apporte plusieurs perspective sur la capacité de voyager dans le temps : entre gens qui le vivent et d'autres non, la manière dont ça affecte chacun, en terme de santé mentale, de vision du monde, de relations, de gestion de la mort, de l'amour.

Plein d'occasions très intéressantes de lancer des réflexions qui changent du commun (coucou les nanas qui ont des relations sexuelles avec elle-mêmes du futur/passé) ou qui donnent de nouvelles façons d'envisager les choses, sans que ça ne prenne trop le pas sur l'histoire : ça s'intègre parfaitement dedans. 

Et du coup, le titre est vraiment bien trouvé puisqu'au delà de fixer des règles propres à cette façon de voyager dans le temps, et des trames plus classiques, l'autrice a vraiment bien pensé son univers et aborde vraiment la psychologie qui va avec, pose des questions qui s'y associent naturellement mais pour autant très bien trouvées, le tout sans laisser de sensation inachevée de paradoxe temporel mal géré (ce qui est pas simple avec le voyage dans le temps). 

J'ai vraiment passé un bon moment avec ce livre, ses différents protagonistes et trames directrices, dans un style qui m'a bien embarquée et je pense qu'il peut faire partie des rares livres que j'aurais envie de relire un jour.

Citations :

* “Maybe being in charge of time and space would give anyone a god complex, but she’s such a mean god.”

* “When you’re a time traveler, the people you love die, and you carry on seeing them, so their death stops making a difference to you. The only death that will ever change things is your own. ”

* "-Are you from London? Ruby asked. Originally.
-My home town’s much less glamorous. Can’t we pretend I sprang fully formed from the head of Zeus?
-Your accent puts you somewhere between Hampstead and Philadelphia.”
-That’s the middle of the ocean!”
-Yes. Maybe you’re Venus, rather than Athena.”

* "A relationship between equals isn’t possible if one person has all the knowledge."

 

2018, 368p.
Editeurs : Head of Zeus

Commenter cet article
F
Je ne sais pas quand je le ferai mais tu m'a donné envie de le lire quand tu en as parlé sur Instagram et là, après ta chronique, je viens de me l'acheter :)
Répondre
L
Aaah, me voilà ravie :D J'espère qu'il te plaira autant qu'à moi !