Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Lis tes ratures !!

Parce que jouer sur les mots quand on parle de bouquins, c'est méta.

Stéphane Servant - Sirius #PLIB2018

Publié le 14 Février 2018 par Lyra Sullyvan in Stéphane Servant, Romans français, Jeunesse, Rouergue, 2017, SF, Dystopie, Post-apocalyptique, POC, Diverse Reads, PLIB2018

Alors que le monde se meurt, Avril, une jeune fille, tente tant bien que mal d'élever Kid. Entre leurs expéditions pour trouver de la nourriture et les leçons données au petit garçon, le temps s'écoule doucement... jusqu'au jour où le mystérieux passé d'Avril les jette brutalement sur la route. Il leur faut maintenant survivre sur une terre stérile pleine de dangers. Stéphane Servant, avec tout son talent de conteur, nous plonge dans un univers post-apocalyptique aussi fascinant que vénéneux.

--------------------------------------

J'ai entendu parler pour la première fois de Sirius dans la vidéo de Nathan (en lien dans les autres avis, plus bas). Les citations et le pitch ne m'emballaient pas plus que ça, mais la manière dont il en parlait m'intriguait. Et puis j'ai vu quelques autres avis positifs chez des gens dont je partage souvent les avis littéraires au moins partiellement. 

On se retrouve donc dans du post-apocalyptique, avec le côté terrifiant qu'il peut avoir, mais malgré les menaces que rencontrent parfois les personnages, j'ai trouvé ce récit doux et apaisant. On suit une adolescente de, genre, 13 ans, et un p'tit gamin, perdus tout seuls suite à un genre d'épidémie mondiale. Le p'tit gamin n'a pas trop connu l'avant et à tout à apprendre, mais c'est compliqué d'essayer d'apprendre à un gamin un monde qu'il n'a pas connu et ne connaîtra pas, de faire le tri entre l'utile et de faire son deuil de ce qui ne le sera plus.

Les survivants humains comme animaux se font rare, et ne sont pas tous dotés de bonnes intentions, il est difficile de savoir à qui faire confiance. Chaque nouvelle rencontre est donc une lueur d'espoir mêlée d'une crainte pour les personnages. Certaines sont belles et enrichissantes, d'autres sont effrayantes et tristes. Et le lien que Kid entretient avec les vivants apporte une touche de fantasy extrêmement délicate et puissante à la fois qui, si elle peut décontenancer au début, a su toucher profondément mes émotions.

Les personnages sont brossés avec une justesse saisissante, plus ou moins développés selon le temps qui leur est accordé, mais avec une histoire, des valeurs et un réalisme qui leur donne une crédibilité certaine.

Sirius est un roman très poétique, très onirique, mais plus au sens où quand j'y pense, c'est l'ambiance qui en ressort, alors que quand je le lisais je ne pensais pas forcément ça. je ne sais pas si je suis très claire...

C'est un roman touchant, optimiste (avec un p'tit message pro végétarianisme mais pas étouffant ni moralisateur, ce qui est appréciable), ça parle de la nature de l'homme, de racisme, de tolérance, de survie, de religion,.. Et, contrairement à la plupart des livres, les numéros de chapitres vont décroissants, plutôt qu'en partant de 1. J'avoue ne pas y avoir fait attention au début, puis petit à petit j'ai réalisé.

Bon et puis soyons franc, cette couverture est magnifique, les éditions du Rouergue ainsi que Patrick Connan et Olivier Douzou, illustrateur et graphiste respectivement de la couverture, ont fait un super travail avec ce bouquin.

Je suis ressortie de ce livre avec l'impression de tenir entre mes doigts un roman doudou vers lequel je voudrais revenir plus tard. J'y pense avec beaucoup de tendresse.

Citations : 

* "Au-dessus, il y avait tant de rayures mordorées que la nuit ressemblait à une broderie orientale ou à une toile de ce peintre à l’oreille coupée dont Avril avait oublié le nom. Les étoiles semblaient toutes filer vers l’est. "

* "Tu sais, Avril, je t'ai dit que les histoires étaient comme un bon bout de pain. Qu'elles pouvaient nous nourrir. Mais il arrive aussi que les mots s'entassent au fond de nous comme des pierres dans un sac. Il nous entraînent alors vers le fond. Parfois, ça fait du bien de se délivrer de ce poids... "

"Kid n'en savait rien mais le monde au-delà de la forêt n'avait plus rien à voir avec les jolies photographies du Livre de Madame Mô. C'était un endroit désolé où ne brillaient que des étoiles noires... "

 

2017, 474p.
Editeurs : Rouergue
#ISBN:9782812614330

Ils en parlent aussi : PikoBooks, Nathan, ...

En bonus, je vous laisse avec l'épisode de Boîtamo sur Stéphane Servant !

Commenter cet article

Max 06/01/2019 00:59

"roman doudou" exactement ce que je me suis dit en le refermant <3

Lyra Sullyvan 11/01/2019 15:34

Héhé :D Contente qu'il t'aie plu

Karine 17/02/2018 00:23

Ça me faisait un peu peur, le truc d'épidémie mondiale... mais bon, avec ce que tu en dis pourquoi pas. C'est assez rare que ce genre de setting a un côté optimiste.

Lyra Sullyvan 17/02/2018 00:28

Ah mais pareil, le road trip post apo ca me vendait pas du tout du rêve mais en fait c'est tellement pas l'image que je me fais de ce livre.. C'est surtout la relation entre les personnages, leur quête et les réflexions que leur voyage soulève qui font l'histoire. :) Et oui c'est vrai qu'en général, c'est pas la joie. ^^

Acr0 15/02/2018 13:53

J'ai aussi relever le titre chez d'autres blogueurs et tu confirmes mon intérêt ;) Et j'approuve, cette couverture est magnifique !

Lyra Sullyvan 16/02/2018 12:15

J'espère qu'il te plaira autant qu'à moi alors :D