Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Lis tes ratures !!

Parce que jouer sur les mots quand on parle de bouquins, c'est méta.

John Wyndham - *The Day of the Triffids

Publié le 6 Juin 2014 par Lyra Sullyvan in Romans anglais, SF, 1951, John Wyndham

When Bill Masen wakes up blindfolded in hospital there is a bitter irony in his situation. Carefully removing his bandages, he realizes that he is the only person who can see: everyone else, doctors and patients alike, have been blinded by a meteor shower. Now, with civilization in chaos, the triffids - huge, venomous, large-rooted plants able to 'walk', feeding on human flesh - can have their day.

---------------------------------------------------

Ça fait quelque mois que j'entends Sanne (voir bas de l'article) parler de ce bouquin dans ses vidéos. Au début peu intéressée, à force de l'entendre le mentionner, je suis revenue à sa vidéo qui en faisait la critique, et puis je me suis retrouvée de plus en plus motivée à l'idée de le lire.

Et j'avoue être plutôt contente de m'être lancée. Pour les non anglophones donc, The Day of the Triffids se passe dans un Londres des années 50 (mais on pourrait aussi bien être dans les années 2000 que ça me ferait le même effet, j'avais d'ailleurs l'impression que c'était le cas). Notre narrateur, Bill Masen, se réveille à l’hôpital les yeux bandés dans un calme trop surréaliste pour que tout aille bien. Il défait ses bandages, puisqu'on devait les lui enlever ce jour-ci de toute manière, pour découvrir qu'une vaste majorité de la population est devenue aveugle après avoir regardé une pluie de météorites la nuit précédente. Après ça, je vous laisse deviner quelle situation apocalyptique cela amène. Sans parler des triffids, ces plantes sous-estimées qui peuvent marcher et piquer mortellement les humains, qui ont envahi tranquillement la planète les années précédentes, probable produits de manipulations génétiques (mais on ne sait pas vraiment) sans que personne ne les en empêche (quite the opposite).

Du coup, Bill se retrouve voyant au milieu des non voyants et doit essayer de se démener pour survivre, de penser à ce vers quoi le monde peut évoluer, et aux valeurs qui sont toujours de rigueurs ou non étant donné les conséquences. Parce que, dans le genre situation inattendue qui change la face du monde du jour au lendemain, je pense que ça se pose là. :P

Autant dire que cela amène un sacré paquet de réflexions sur l'humanité, la survie, le leadership, la morale, la volonté de bien faire avec des méthodes plus ou moins discutables, et même sur l'égalité des sexes (et bon sang ce que c'est bon un auteur d'il y a 50 ans qui n'est pas macho <3).. Ça tombe bien, il rencontre des gens voyants comme non voyants avec qui confronter son point de vue de manière plutôt intéressante.

Et pourtant, un roman parlant entre autre de plantes à trois pattes (qui au final sont quand même assez secondaires pendant une bonne partie de l'histoire), y aurait vite de quoi devenir ridicule, et pourtant, ça passe très bien, de manière plutôt réaliste et intrigante, avec des ancrages scientifiques et économiques qui crédibilise vraiment le tout, tout en restant très accessible.

Bill Masen traverse une à une divers épreuves en faisant de son mieux pour garder son calme, ne pas sombrer dans la dépression et évite l'hystérie tout en restant plausible, ce qui donne une dimension vraiment réfléchie à l'histoire. Le style est vraiment fluide et l'auteur sait doser les informations sur le passé qu'il fournit pour ne pas perdre le lecteur et le garder ancré dans son récit actuel, tout en lui amenant les infos dont il a besoin pour saisir l'étendue de la situation.

En somme, The Day of the Triffids est vraiment un très bon roman classique de sf apocalyptique, humain et qui pousse à la réflexion, aux what if, et pose même des réflexions très présentes à l'heure actuelle dans notre société. Tant et si bien que, comme mentionné plus tôt, on pourrait vraiment croire que le récit se situe de nos jours, si l'on oublie quelques gadgets de technologie qui n'aurait de toute manière probablement plus été utilisables. Je n'ai pas eu le temps de m'ennuyer que le bouquin était déjà fini, et j'en aurais volontiers repris.

Citations :

“When a day that you happen to know is Wednesday starts off by sounding like Sunday, there is something seriously wrong somewhere.”

“It's humiliating to be dependent, anyway, but it's still a poorer pass to have no one to depend on.”

“Children have a different convention of the fearful until they have been taught the proper things to be shocked at.

1951, 233p. Editeurs : Penguin (Modern Classics) Titre français : Le jour des Triffides

Je vous laisse avec la vidéo de Sanne (même si ça me perturbe parce que l'anecdote qu'elle raconte vers la fin, sur le mec qui part en courant avec une boite qu'il croit être de la bouffe mais non, n'est pas dans le livre (ou alors je l'ai lu sans m'en rendre compte)... je vois une scène qui s'en rapproche mais après l'avoir relu trois fois pour être sûre, c'est pas ça qu'il se passe, alors je suis perplexe) :

Commenter cet article
T
Je le lirais probablement un jour. Il a l'air plutôt pas mal, et quand on voit le nombre d'adaptations que les bouquins de l'auteur ont eu, c'est que y'a définitivement quelque chose.
Répondre
L
Ouais, par contre il parait qu'y en a pas beaucoup qui sont terrible, de Triffids. Mais y a un film prévu pour 2015, j'espère qu'ils vont pas foirer ! (et je me tate à tenter la série de 2009). En attendant, il me reste plus qu'à découvrir ses autres bouquins !