Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Lis tes ratures !!

Parce que jouer sur les mots quand on parle de bouquins, c'est méta.

Jean-Claude Mourlevat - Terrienne

Publié le 27 Juin 2014 par Lyra Sullyvan in Romans français, Jeunesse, Jean-Claude Mourlevat, 2011, SF, Female lead, Gallimard

Après avoir reçu un étrange message de sa sœur Gabrielle, disparue depuis un an, Anne se lance à sa recherche. Accompagnée d'un vieil écrivain en mal de création, rencontré sur la route, elle passe alors brusquement de l'autre côté. Et découvre un monde parallèle, un univers blanc, aseptisé, glacial. Là-bas, les habitants ne respirent pas, ne sourient pas, et les humains sont esclaves. Au milieu d'eux, elle comprend vite que sa sœur est retenue prisonnière, quelque part, et qu'elle est en danger. Anne va tout tenter... jusqu'au péril de sa vie.

-------------------------------------------------------------

J'avais déjà croisé la plume de Mourlevat au travers de deux autres de ses romans : Le Combat d'hiver et Le Chagrin du roi mort. Un excellent auteur jeunesse à mes yeux.

Mais celui là ne me tentais pas tellement, la couverture et le résumés ne m'inspiraient absolument pas. Autant dire que si Sita ne m'avait pas poussée à le lire, je ne l'aurais probablement pas fait.

Bon y a quand même quelques moments un peu niais mais ils sont peu fréquents alors ça va. Mourlevat a toujours un style très agréable et parvient à surprendre son lecteur (principalement à un moment particulier, je ne m'en suis toujours pas remise) alors même qu'on sait assez rapidement ce qu'il se passe et ce qu'il est advenu de Gabrielle.

On suit donc Anne, en alternance avec Etienne, deux personnages très différents mais aussi perdus l'un que l'autre. L'une jeune et un peu paumée dans sa vie, persuadée que sa sœur n'est pas morte, l'autre, écrivain âgé qui n'est plus satisfait de son travail et convaincu que sa vie n'a plus rien de surprenant. Mais comme vous vous en doutez, quelque chose les mets rapidement sur le chemin l'un de l'autre.

J'ai trouvé l'univers crée assez intéressant et les idées originales (certaines en tout cas) et l'auteur distille assez bien les informations sur cet autre monde, au compte-gouttes, au fur et à mesure qu'Anne les découvre. Il y aurait d'ailleurs probablement eu matière a explorer davantage ses composants, car le peu qu'on en découvre titille la curiosité (même si je n'aimerai pas vivre dedans, obviously). Il semble froid, distant, dénué d'émotion, et pourtant malgré tout par endroit, on voit des petites étincelles de vie dans certains des personnages, comme des touches de couleurs qui animent un peu ce monde.

Bon par contre, j'ai trouvé les personnages un peu manichéen, dans tout ça. M'enfin, l'auteur nous délivre une histoire vraiment chouette avec des moments touchants, d'autres plus glaçants, avec beaucoup de poésie. J'apprécie toujours autant sa plume.

En somme, ce livre est un genre d'ode à la Terre et à la vie, avec un point de vue extérieur sur elle, sur sa beauté malgré la noirceur, sur le miracle que représente la nature, etc. J'avais l'impression de voir un peu deux faces d'une même pièce, entre l'autre monde et le notre, l'une assez noire mais pas tout à fait, l'autre plus colorée sans être parfaite non plus. Ça donne envie de prêter un peu plus d'attention au monde alentour.

Citations :

"Peut être fait-il partie de «ceux pour qui le monde n'est pas assez». C'est une phrase que j'aime et que j'écrivais dans tous mes cahiers, au collège déjà. En anglais pour faire mieux: those for whom the world is not enough. Aujourd'hui je me contenterais bien du monde ordinaire. Il serait enough. Il me suffirait."

"Jamais, avant cette folle expérience, je n’ai eu à ce point conscience du trésor que je possède : ce souffle tiède et régulier, ce mouvement profond, ce lien continu entre le dedans et le dehors, cette vague invisible qui n’en finit pas de nous emplir et de nous vider…"

"«Il n'y a pas de monstres. Les monstres sont des pensées.» Oui, des pensées qui font horriblement mal. Qui torturent."

2011, 387p. Editeurs : Gallimard Jeunesse

Ils en parlent aussi : LéoElfique, Radicale, Elinor, Paikanne, ...

Commenter cet article
K
J'aurais pu être tentée mais les personnages manichéens... disons que je commence à en avoir par dessus la tête. Mais j'aime Mourlevat donc je risque de choisir autre chose!
Répondre
L
Je ne comprends que trop bien ^^