Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Lis tes ratures !!

Parce que jouer sur les mots quand on parle de bouquins, c'est méta.

Bryan Lee O'Malley - *Lost At Sea

Publié le 15 Juin 2014 par Lyra Sullyvan in Graphic stuff, Graphic Novel, Bryan Lee O'Malley, 2003, Female lead

Raleigh, 18 ans, canadienne, retrouve par hasard en Californie des anciens collègues de lycée qu'elle connaît à peine : Stephanie, Dave et Ian. Les quatre retournent alors à Vancouver, dans un road trip plein de confusion existentielle.

(Bon d'habitude je mets le résumé dans la langue dans laquelle j'ai lu le bouquin, mais là l'anglais spoile un peu trop à mon goût alors je garde le français ici)

------------------------------------------------

J'ai découvert Lost at Sea parce que je "connaissais" l'auteur de son comics Scott Pilgrim, et que j'avais envie de voir ce qu'il faisait en graphic novels. Et si on reconnait bien le coup de crayon de Bryan Lee O'Malley, on le retrouve ici dans un style assez différent (bien qu'un peu WTF sur les bords par moment aussi), qu'il maîtrise tout aussi bien.

L'auteur aborde des thèmes poignants avec un certain détachement, puisque Raleigh semble vide malgré sa souffrance, et présente son histoire d'une manière un peu chaotique et perplexe. Un peu comme une façade neutre, molle et apathique, alors qu'on sent bien que c'est pas vraiment le cas. C'est bien joué avec l'idée que Raleigh pense avoir été dépossédée de son âme, ce qui explique cette distance malgré les sentiments exprimés. Et au final, on a vraiment l'impression d'être un observateur à qui Raleigh adresse ses pensées, comme si on était caché là dans un coin et qu'il n'y avait qu'elle qui pouvait nous voir. Elle s'adresse au lecteur avec franchise, sans enjolivement ni dénigrement, et un détachement qui ferait presque douter que c'est d'elle qu'elle parle, par moment. Presque.

On découvre peu à peu comment elle se retrouve dans la situation étrange où elle est au début de l'histoire en faisant des aller-retours entre son passé et le présent.

Dans l'ensemble, c'est vraiment une tranche de vie de trois jours et trois nuits (sans compter les passages de son passé qu'elle raconte), un peu décisive sans non plus être une fin en soi, dans la vie de Raleigh, qui a du mal à faire face à certaines de ses souffrances mais aussi aux côtés plus positifs de sa vie, et qui se retrouve confrontée à une situation nouvelle qui va peut-être pouvoir l'aider à avancer plus sereinement. Mais comme c'est une tranche de vie, et pas une histoire façon début-milieu-fin, qui sait ce qui se passera ensuite ?

Difficile d'en parler davantage sans trop en dire, les thèmes soulevés, les réactions, les points intéressants que je voudrais aborder dépendent trop du peu de surprise de l'histoire pour que j'en parle. J'en suis ressortie un peu dans un état d'esprit assez étrange. Intriguée, perplexe, détachée et impliquée à la fois, en ayant l'impression de ne pas ressentir grand chose et en même temps...

Le bouquin a été pas mal critiqué, qualifié d'emo-bullshit par les anglophones, et si je vois ce qui pourrait leur faire dire ça, je trouve qu'au contraire cet aspect potentiellement emo est plutôt bien traité et pas sur-dramatisé ni grotesque. Je trouve qu'au contraire ça capte assez bien la maladresse et le mal être que peut dissimuler l'adolescence et le début de la vie adulte, l'impression de ne pas trouver sa place et la peur de l'inconnu.

Bref, contente d'avoir enfin pu mettre la main dessus et assez satisfaite de cette lecture. Je continuerai de garder l’œil sur ce que fait Bryan Lee O'Malley, surtout s'il arrive à se renouveler à chaque fois (je ne dirais pas qu'on ne ressent pas de similarités avec Scott Pilgrim mais ça reste une ambiance très différente).

2003, 168p. Editeurs : Oni Press

Bryan Lee O'Malley - *Lost At Sea
Commenter cet article
S
C'est l'idée
L
I do have that kind of powers.
(bon, en gros je te prépare un carton de livres, c'est ça ? :P)
S
Je te le piquerais bien la prochaine fois qu'on se voit.
En fait, je réalise que tu m'as inceptionnée avec ton extrait, c'est à cause de toi que j'ai attrapé Harry Potter and the Philosopher's Stone ce weekend !