Publié par Lyra Sullyvan

couv70595127

The book opens where the previous book left of and we continue to follow the dragons, the keepers and the bardge Tarman as they continue their trek up the river.

---------------------------

J'ai mis du temps à me lancer dans ce tome 2 (qui n'est finalement pas le dernier du cycle puisqu'il y en a quatre en VO) parce que j'avais gardé du tome 1 le temps que j'avais mis à le lire, et le fait que je ne m'étais pas autant plongée dans l'histoire que dans les cycles précédents. Au final même si j'avais fini par accrocher un peu sur la fin, ça restait quand même de l'introduction et je n'étais pas non plus passionnée. Il m'a bien encore fallu la moitié de ce tome-ci pour enfin vraiment m'intéresser à ce qu'il se passe, aux intéractions et tout ça. J'ai réalisé aussi que Robin Hobb en anglais, c'est pas aussi évident que disons... un John Green ou un tome d'Harry Potter. Même si je comprends plutôt bien, il y a un peu plus de mots complexes, plus de subtilités sous entendues qui ne sont pas toujours aisées à saisir et qui m'ont demandé parfois de relire certains passages deux ou trois fois avant de comprendre ce que j'avais manqué. Mais c'est bien, ça m'aide à m'améliorer, et ça m'apprend des nouveaux mots ! En gros : ne commencez pas à lire en anglais avec ces bouquins, vous risqueriez d'avoir du mal si c'est votre première tentative et que vous n'avez pas l'habitude. Mais passons à l'histoire :

Les enjeux deviennent plus important dans ce tome, où chacun cherche à atteindre un endroit qui n'existe peut-être pas et ne sait pas trop s'il vivra encore le jour suivant, étant donné le milieu dans lequel ils évoluent : The Rain Wilds (le désert des pluies en français). On retrouve Thymara, Alise, Leftrin, Sedric ainsi que Mercor, Sintara et plusieurs autres personnages qui effectuent le voyage avec eux. Ce qui est bien, c'est que le nombre de personnage est limité, on finit assez vite par tous les connaître, même si pour ma part j'ai un peu galéré pendant un moment à ne plus confondre les noms, à savoir qui était humain, qui était dragon, qui était male, qui était femelle. Mais c'est aussi parce que j'avais oublié pas mal des personnages du premier tome. Robin Hobb soigne ici davantage ces personnages que dans le tome 1, à mon goût, et je retrouve un quelque chose des cycles précédents dans cette attention. Point de manichéisme, tout le monde a ses défauts, ses bétises passées. Comme dans la vie réelle, les personnages en font ce qu'ils veulent et c'est ça qui fait vraiment leur personnalité. Cela suscite demises en question, que ça soit vers des objectifs sains ou malsains.

De plus les descriptions sont plus appropriées, peut-être, que dans le premier tome et semblent moins superflux. Ce qui est assez ironique puisque je me suis dit tout de même à plusieurs reprises que j'avais du mal à imaginer la scène dépeinte, peut-être à cause de lacune de vocabulaire pour quelques mots, je ne sais pas. Par contre j'ai trouvé certains éléments "un peu facile", dans le sens où il aurait été peu probable que dans la réalité ça se passe ainsi (je ne parle pas de trucs en rapport avec les dragons obviously :P).

Erek et Detozi, les keepers of the birds, messagers de Trehaug et de Bingtown, sont toujours présents et leurs correspondances amènent des pauses entre certains chapitres de nos autres personnages. De courtes missives qui nous permettent d'avoir un aperçu de ce qu'il se passe dans le monde d'où viennent ceux qui harpentent le désert des pluies pendant leur absence, "l'inquiétude" de leurs proches, tout ça tout ça.

Et puis, on découvre en fait que les dragons ne sont en fait que de gros chats (mais en fait pas vraiment, c'est juste une analogie que j'ai faite par rapport à leur comportement vis à vis des humains :P). On découvre également que les règles ne sont pas toujours là juste pour faire chier le monde et que parfois il fait bon de quitter là d'où l'on vient si on n'y est pas heureux. Enfin, j'ai un peu retrouvé un aspect "Sa majesté des mouches" dans le comportement de certains personnages, dans l'idée qu'il faut un chef pour gérer une catastrophe, tout ça tout ça. Bref du coup, ça a éveillé pas mal de choses en moi, niveau analogies et réflexions, et ça m'a plus embarqué que le tome précédent !

Le cycle aurait très bien pu se terminer avec celui-ci tellement la fin clos bien à peu près toutes les intrigues. Y a de quoi continuer, bien sûr, mais, si on était dans le monde des séries et que celle-ci se retrouvait arrêtée faut d'audience à cet endroit là, la fin aurait eu un goût de fin, pas de coupure abominable en plein milieu de l'intrigue. Pour autant, j'ai envie de savoir ce qu'il va se passer par la suite et comment les choses vont évoluer. Donc je tenterai de me procurer les tomes 3 et 4 et voir ce qu'il advient de notre équipe d'aventuriers ^^

 

Articles liés : The Dragon Keeper (B1), L'Assassin Royal, Les Aventuriers de la merRetour au pays

Ils en parlent aussi : Blackwolf, Marmotte, ...

 

2009, 576p.
Editeurs : HarperVoyager
Titre français : La Fureur du fleuve / La décrue
(La Cité des anciens, T3/T4)

Commenter cet article

BlackWolf 09/02/2013 22:53

Contenant qu'il t'ait plu, c'est vrai que la fin aurait pu clôturer l'histoire mais j'ai quand même hâte de lire la suite. En plus le poche venant de sortir il y a peu il devrait vite rejoindre ma
PAL.

Lyra Sullyvan 10/02/2013 22:50



Faudra que je me le procure aussi ^^