Publié par Lyra Sullyvan

couv8445213.jpg

Quelques jours d’été : Un petit garçon de la ville confié à des gens de la campagne... Un vieux monsieur taiseux dont l'épaisse carapace craquera pour ce petit bonhomme. Un tournant dans la vie d'un petit garçon. Une histoire simple et intimiste ou même les rivières chuchotent...

Un îlot de bonheur : La rencontre d’un enfant et d’un SDF. L'enfant aux portes de l'adolescence, le monsieur qui traîne ses souvenirs... Une amitié furtive. Deux personnages blessés par la vie qui viennent chercher dans un parc, un de ces îlots de bonheur que peu parviennent à saisir.

--------------------------------------------------------

Quelques jours d'été :

C'est une histoire assez courte, une trentaine de pages, où nous suivons un jeune garçon qui est déposé chez un couple de personnes âgées pour quelques jours. Le dessin est en noir et blanc, et si le noir est très marqué, le ton qui en ressort est très poétique. Les personnages touchants, chacun à leur manière, sans qu'on ne connaisse leur noms ni sans être certains des liens qui les unis. Il y a au final assez peu de dialogues mais ça fait passer plus de choses par le contexte et les émotions, c'est peut-être plus parlant. Le tout pour un rendu simple, sincère et quelque part, apaisant. J'aurais aimé que ça continue encore, mais toutes les histoires doivent s'arrêter quelque part.

 

Un îlot de bonheur :

Un gamin, sans nom lui aussi, n'en peut plus de voir ses parents se disputer tout le temps et sort se balader dans un parc pour ne plus les entendre crier. Il y rencontre un homme qui y passe ses journées. Cette rencontre va changer la perception des choses pour l'un comme pour l'autre et rallumer une étincelle éteinte chez les deux. J'ai vraiment beaucoup aimé cette histoire qui montre qu'une rencontre peut changer plein de choses. Toutes les personnes dans nos vies ont une influence sur nous et les modifie d'une manière ou d'une autre, mais certaines laissent plus leurs traces que d'autres. Ici c'est l'exemple parfait et c'est assez émouvant. Comme le jeune garçon, on étouffe sous les cris, on savoure le silence quand il arrive et on est intrigué par ce monsieur qui petit à petit devient une figure amicale.

Chabouté à ce don de faire passer les sentiments d'une manière très juste, dure et tendre à la fois, sans jamais exagérer, par le texte comme par l'absence de texte, par la profondeur de ses dessins et les situations de vie. Je recommande chaudement. 

 

1998/2001, 160p.
Editeurs : Vent d'Ouest 

Commenter cet article