Publié par Lyra Sullyvan

Prague, 1942, opération "Anthropoïde" : deux parachutistes tchèques sont chargés par Londres d'assassiner Reinhard Heydrich, le chef de la Gestapo et des services secrets nazis, le planificateur de la Solution finale, le "bourreau de Prague".

Heydrich, le bras droit d'Himmler. Chez les SS, on dit de lui : "HHhH". Himmlers Hirn heißt Heydrich -- le cerveau d'Himmler d'appelle Heydrich. Dans ce livre, les faits relatés comme les personnages sont authentiques.

Pourtant, une autre guerre se fait jour, celle que livre la fiction romanesque à la vérité historique. L'auteur doit résister à la tentation de romancer. Il faut bien, cependant, mener l'histoire à son terme...

--------------------------

Bon, c'est pas nouveau, la 2e guerre mondiale m'intéresse pas mal, ça me semble important de comprendre l'histoire pour pouvoir avancer, d'autant plus que la situation initiale semble assez similaire de celles de nos jours sur certains aspects.

J'avais entendu parler de HHhH il y a quelques années, et certains de mes amis l'avaient lu, mais il m'a fallu entendre parler de son adaptation en film pour qu'il me vienne l'envie de le sortir de ma PAL !

HHhH donc, c'est Laurent Binet qui nous narre les la vie de Reinhard Heydrich, homme détestable s'il en est, grâce aux documents/livres/films qu'il a trouvé à son sujet.

Ce que ce livre a de particulier, c'est que l'auteur nous raconte des fragments d'histoires mais inclus également des fragments de ses recherches, de ses choix narratifs, de ce qu'il découvre au fur et à mesure de l'écriture de son livre. En soi, c'est un pari intéressant, et ça nous permet de savoir dans quelle mesure ce qu'il raconte est vrai ou non. Cependant il y a deux choses qui m'ont gênées : 

- Les fois où il racontait un truc, pour dire après "enfin j'imagine que ça s'est passé comme ça mais en fait j'en sais rien" ou pire "j'ai imaginé ce que je viens de vous raconter, et j'ai découvert après que ça s'est pas du tout passé comme ça, mais c'est pas grave je laisse parce que j'aime bien ma vision".

- Le fait que ces interruptions de la narration me cassaient dans ma lecture et me sortaient de l'histoire. Ça aurait été p'tet plus intéressant de mettre ces passages en fin de livre pour ceux que ça intéressent, avec des notes de renvoie en fin de livre, comme ça chacun est libre de parcourir ça comme il veut. D'autant que du coup ça ramène à lui qui raconte ses problèmes de narration alors que bon, ses personnages vivent des choses un peu plus importants à certains moments, et on s'en fiche un peu de ses problèmes à ce moment là.

Évidemment tout n'était pas à jeter, loin de là, j'ai trouvé certains faits très intéressants et des réflexions soulevées plutôt pertinentes. C'était juste pas ma tasse de thé, cette façon de le présenter qui casse le récit (après je sais que ça a plu a d'autres lecteurs de mon entourage).

En dehors de ça, j'étais contente de découvrir un récit plutôt fidèle de la vie d'Heydrich (d'autant que étrangement, ce nom ne me disait rien du tout avant de lire le livre.. Hitler, Goebbels, Himmler oui, mais Heydrich...?), ainsi que d'une partie de la résistance, de l'opération Anthropoïde et de ceux chargés de l'exécuter, à savoir Jan Kubiš et de Jozef Gabčík.

Un avis plutôt mitigé donc, sur ce livre, mais ça reste intéressant si vous voulez en savoir plus sur cette opération, ou sur Heydrich.

 

Citations :

*"Je pense à Oscar Wilde, comme d'habitude, c'est toujours la même histoire : " Toute la matinée, j'ai corrigé un texte, pour finalement ne supprimer qu'une virgule. L' après-midi, je l'ai rétablie." "

* "Ceux qui sont morts sont morts, et il leur est bien égal qu'on leur rende hommage. Mais c'est pour nous, les vivants que cela signifie quelque chose. La mémoire n'est d'aucune utilité à ceux qu'elle honore, mais elle sert celui qui s'en sert. Avec elle, je me construis, et avec elle je me console."

* "C'est amusant de constater comment, lorsqu'on s'intéresse de près à un sujet, tout semble nous y ramener."

* "Depuis des années que je porte ce livre en moi, je n'ai jamais pensé à l'intituler autrement que "Opération Anthropoïde" (et si jamais ce n'est pas le titre que vous pourrez lire sur la couverture, vous aurez que j'ai cédé à l'éditeur qui ne l'aimait pas trop : trop SF, trop Robert Ludmum paraît-il....). Or Heidrich est la cible et non l'acteur de l'opération. Tout ce que je raconte sur lui revient à poser le décor, en quelque sorte. Mais il fait bien reconnaître que d'un point de vue littéraire, Heidrich est un beau personnage. C'est comme si un docteur Frankenstein romancier avait accouché d'une créature terrifiante à partir des plus grands monstres de la littérature. Sauf que Heidrich n'est pas un monstre de papier. "

 

2010, 443p.
Editeurs : Le Livre de Poche

Ils en parlent aussi : Hivernale, Mlle Mathilde, Booky Mary, Marjolaine P., ...

Commenter cet article