Publié par Lyra Sullyvan

Locke and Jean barely escaped with their lives from what should have been the greatest heist of their career, in the port city of Tal Verrar. Now they head north, looking for sanctuary and an alchemist who can cure the poison that is slowly killing Locke. They find neither, but with their luck, money and hope exhausted, they receive an offer from a power that has never had their best interests at heart: The Bondsmagi of Karthain. 
---------------------

De retour dans le monde crée par Scott Lynch, enfin !

J'mets toujours un peu de temps à me lancer parce que je sais que son style est un peu plus complexe par moment (enfin disons plus thématique dans le vocabulaire), et que du coup la lecture me prend beaucoup plus de temps.

Mais bon sang qu'est-ce que c'est bon de retrouver Locke et Jean, d'en découvrir plus sur certains personnages, sur le passé, et sur la nouvelle situation !

L'humour est toujours présent, les personnages sont complexes et l'intrigue prétexte à pas mal de choses intéressante. Comme toujours dans cette saga, j'apprécie grandement que tout ne tombe pas dans le bec des personnages. Ils s'en prennent plein la face, se prennent déconvenue sur déconvenue, mais ça les empêche pas de se relever et de continuer à manigancer, parfois en premier plan, parfois loin de notre champ de perception.

Ici, l'histoire prend des tournants plus politiques, même si ça reste plus de l'ordre des intrigues de campagne que de gouvernement en soi (d'ailleurs on n'apprend pas grand chose sur les différents partis impliqués), mais je suis curieuse de ce que ça présage pour la suite.

Scott Lynch a le don de dépeindre des villes vivantes, presque des personnages à part entière, et pourtant d'en changer dans le tome suivant (j'ai ouï dire que Karthain risquait fort de rester le décor des tomes à venir, cela dit, et ce n'est pas pour me déplaire).

En somme, je suis encore une fois conquise par l'excellence du style, de l'humour, de l'imagination de l'auteur et des personnages qu'il nous brosse, et ai hâte de découvrir d'autres volumes quand ils sortiront.

 

Citations (je pourrais en mettre des 10aines, tellement j'adore le style et l'humour mais j'essaye de me contenir, promis):

* “Stand aside, and try not to catch fire if I shed sparks of genius.” 

* “I don't expect life to make sense," he said after a few moments, "but it could certainly be pleasant if it would stop kicking us in the balls.” 

* “What is government but theft by consent?” 

* “Yeah, but if I don't start my nervous pacing now, I'll never have it all done in time.” 

* "He said that life boils down to standing in line to get shit dropped on your head. Everyone's got a place in the queue, you can't get out of it, and just when you start to congratulate yourself on surviving your dose of shit, you discover that line is actually circular.” 

* “Interesting,” said Sabetha, “that I mention my own feelings, and you seem to think that what I’m after is reassurance concerning your perceptions.” 

2013, 722p.
Editeurs : Gollancz (Fantasy)
Titre français : La République des voleurs (Les Salauds Gentilhommes, tome 3)

 

Ils en parlent aussi : Blackwolf, Nathalie, ...

Commenter cet article

Frankie 05/07/2017 21:31

Pour le moment c'est le tome 2 qui reste mon préféré mais j'ai quand même beaucoup aimé ce 3e opus, surtout pour la partie "présent" avec les manigances politiques et l'arrivée de ce personnage dont on entendait tant parler et qui tient toutes ses promesses... :) La partie flashbacks, notamment tout ce qui concerne la pièce de théâtre, m'a moins emballée. En tout cas, j'ai hâte que le tome 4 sorte. Il était prévu ce printemps puis la sortie a été repoussée à on ne sait quand :(

Lyra Sullyvan 06/07/2017 01:15

C'est vrai que ce tome trois prend une direction un peu différente. Perso j'ai bien aimé les flashback, c'était comme avoir deux livres en un, et un parallèle passé/futur des persos. Et découvrir le-dit personnage dans ces deux histoires c'était chouette :D
Il était aux Imaginales, la manière dont il en parle laisse présager que c'est sur la fin, mais pour la publication je sais pas.. p'tet cet automne, qui sait.