Publié par Lyra Sullyvan

The Leteo Institute's revolutionary memory-relief procedure seems too good to be true to Aaron Soto -- miracle cure-alls don't tend to pop up in the Bronx projects. But Aaron can't forget how he's grown up poor or how his friends aren't always there for him. Like after his father committed suicide in their one bedroom apartment. Aaron has the support of his patient girlfriend, if not necessarily his distant brother and overworked mother, but it's not enough. 

Then Thomas shows up. He has a sweet movie-watching setup on his roof, and he doesn't mind Aaron's obsession with a popular fantasy series. There are nicknames, inside jokes. Most importantly, Thomas doesn't mind talking about Aaron's past. But Aaron's newfound happiness isn't welcome on his block. Since he can't stay away from Thomas or suddenly stop being gay, Aaron must turn to Leteo to straighten himself out, even if it means forgetting who he is.

----------------------------

Je n'avais jamais entendu parler de ce livre avant de le recevoir en cadeau pour mon anniversaire (merci Marie ^^), grandement conseillé.

On suit donc Aaron, un ado latino-américain dont le père s'est suicidé il y a quelques mois, et qui a lui-même fait une tentative de suicide à la suite de cela. On suit son évolution dans son quartier du Queens, et en trame de fond, on entend parler de l'institue Leteo qui a crée son business autour de l'idée de pouvoir effacer des évènements de la mémoire et de reprogrammer le cerveau pour contourner les conséquences que ça a eu.

Le livre est intéressant pour les thèmes qu'il aborde, entre les problèmes de santé mentale, le fait de vivre dans un endroit qui est peu enclin à la tolérance, la tentation d'effacer les souvenirs douloureux pour viser le bonheur, les questions qui en découlent (peut-on être heureux si on a oublié une partie de qui l'on est), d'autant que les souvenirs effacés ne le sont pas vraiment, ils sont juste enfouis au fin fond de l'inconscient.

L'histoire se déroule par les yeux d'Aaron donc, et nous permet de nous plonger dans ses pensées, comprendre son raisonnement, ses actions, ses ressentis.

Ça parle de bonheur, de malheur, de souffrance, de suicide, d'identité, de projets de vie, de comics, de fortune cookie, de projecteur, de babysitter. C'est léger et grave, drôle et triste, avec une transition majeure au milieu du récit. Les détails sont bien pensés et amenés discrètement, et j'ai été surprise plus d'une fois (certes certains évènements étaient prévisibles, mais d'autres pas du tout, ce qui était appréciable).

J'ai été un peu dérangée par certains moments qui m'ont paru être des raccourcis peu vraisemblables, certains éléments allaient trop vite à mes yeux, d'être peu crédibles dans la manière dont ils étaient amenés (mais après je sais pas, faudrait demander à des personnes plus concernées pour savoir si ça se tient).

En dehors de ça, j'ai passé un bon moment, et j'ai aimé les questions soulevées, les thématiques abordées qui restent trop rares en littérature, et la vision générale de l'auteur sur la fin qui je trouve était une idée intéressante que je n'avais pas envisagée.

Un bouquin qui pourrait plaire à pas mal d'ados je pense, sans se restreindre à cette unique catégorie de lecteur.

 

Citations :

* "Sometimes pain is so unmanageable that the idea of spending another day with it seems impossible. Other times pain acts as a compass to help you through the messier tunnels of growing up."

* “It’s okay how some stories leave off without an ending. Life doesn’t always deliver the one you would expect.”

* “Imagine if we could glow to attract a mate instead of spraying on cologne that chokes everyone in a fifty-foot radius,”

 

2015, 300p.
Editeurs : Soho Books (Teens)
 

Commenter cet article

Karine 19/05/2017 03:36

J'ai lu un autre roman de l'auteur il y a peu. J'avais bien aimé malgré certains trucs un peu martelés. Du coup, je suis curieuse... pour quand je serai dans un trip YA!

Lyra Sullyvan 22/05/2017 13:14

C'était lequel ?