Publié par Lyra Sullyvan

Under the Martial Empire, defiance is met with death. 

---------------------------

Voilà c'est tout. Aurevoir.

Non mais en vrai je trouve que la 4e de couv' spoile un peu trop les premiers chapitres donc je vais résumer moi-même vite fait : 

Ce livre suit l'histoire de Laia, une jeune fille d'une situation sociale pas tip top, dont le pays est dominé par un Empire qui asservi plus ou moins son peuple, et d'un autre côté Elias, qui fait parti du-dit Empire, et qui étudie dans l'école Martiale, mais qui n'est pas fan-fan des méthodes et de la philosophie du toujours-dit Empire.
Evidemment, ça va pas rester comme ça dans son coin à se morfondre d'un côté comme de l'autre, parce que sinon c'est pas drôle, alors il leur arrive des trucs et ils sont obligés de faire face.

Ça fait plaisir de retrouver ce feeling de vouloir dévorer le bouquin, et de lui faire son affaire en quelques jours, j'ai tendance à traîner un peu sur les livres ces dernières années, les lire en 1, 2 ou 3 semaines parfois, et ce mois de février a été très différent, notamment grâce à ce livre !

L'univers est bien pensé, ça se lit tout seul et ça m'a captivée. Après j'aurais bien deux trois choses à dire quand au besoin de foutre de la romance partout (même si ça reste léger dans ce tome 1, et que ça n'est pas si essentiel que ça à l'histoire, même si...) et que j'aimerai bien qu'il puisse y avoir ce genre d'histoire sans qu'on ait besoin de focus sur des sentiments amoureux, mais bon, la lecture a été tellement agréable que ça passe.

Alors oui, une Nième dystopie, dans un univers fantasy cette fois (ce qui me semble plus rare mais je peux me planter), mais je sais pas, ça marche bien ici, notamment parce que pour une fois l'un des personnages principaux est crédible, faillible (et pas juste "ouhlala, j'ai des défauts, mais c'est le genre de défaut acceptable qu'on met sur les cv"), même si le côté tête brûlée peu rattraper un peu le courage hallucinant des héroïnes habituelles. Elias m'a semblé un peu plus cliché dans son genre (et pas très doué sur certains points, bordel si tu veux t'en tirer soit un peu plus subtile, dude!).

Mais comme dit, je pardonne parce que le style et l'univers me plaisent bien, que j'aime l'aspect indirect du gouvernement, le côté hypnotisant de l'ambiance désertique qu'on effleure parfois, et les dilemmes qu'apportent l'histoire. Du coup curieuse de la suite, mais un peu peur de la dimension et de la place que va prendre la romance. On verra bien !

Citations :

“All the beauty of the stars means nothing when life here on earth is so ugly.” 

“There are two kinds of guilt: the kind that drowns you until you’re useless, and the kind that fires your soul to purpose.” 

“Just because he's a good leader doesn't mean he's a good person.” 

“Fear is only your enemy if you allow it to be. Too much fear and you're paralyzed. Too little fear and you're arrogant.” 


2015, 448p.
Editeurs : HarperVoyager
Titre français : Une braise sous la cendre

Commenter cet article

Sita 06/03/2017 11:01

"alors il leur arrive des trucs et ils sont obligés de faire face", meilleur résumé XD
Plutôt d'accord avec toi, c'est loin d'être parfait mais c'est plutôt le haut du panier (c'est d'un triste de dire ça..). Il faut que je m'attrape la suite ! (que je n'ai évidemment pas emmenée avec moi...). Pour la romance, Morgane a l'air de dire que c'était beaucoup moins présent dans le second tome, donc à voir !

Par contre je sais pas si je suis vraiment d'accord sur le classement en dystopie ? Genre ok, c'est le classement par défaut de ce type de récit en YA, mais justement je trouve que globalement le label dystopie YA est hasardeux dans le sens où certes l'univers présenté est oppressif, mais je n'arrive pas à détecter de message à propos de notre propre société dans le propos de l'auteur (ou alors je suis passée à côté ?).
De la même manière, le règne de la sorcière blanche à Narnia c'est pas la folie, mais personne n'irait dire que The Lion, The Witch and The Wardrobe est une dystopie ^^'

Elessar 06/03/2017 15:17

C'est vrai qu'à ce compte là, GoT ou le premier tome de Mistborn sont des dystopies XD
Mais c'est intéressant ces réflexions, c'est là qu'on voit un peu les limites des catégorisations.
Bon du coup je pense que je vais quand-même tâcher de le lire à l'occasion :)

Lyra Sullyvan 06/03/2017 13:28

Tu crois quoi, je suis la championne du résumé. :D
Aaah, merci Morgane alors :D (et toi, donc ^^)

Ouais, c'est vrai que j'ai tendance à penser "société oppressante = dystopie" un peu à tort, ça s'applique pas forcément à notre monde en effet ^^