Publié par Lyra Sullyvan

Under the streets of London, there's a place most people could never even dream of. A city of monsters and saints, murderers and angels, knights in armour and pale girls in black velvet. This is the city of the people who have fallen between the cracks.

Richard Mayhew, a young businessman, is going to find out more than enough about this other London. A single act of kindnexss catapults him out of his workday existence and into a world that is at once eerily familiar and utterly bizarre. And a strange destiny awaits him down here, beneath his native city: neverwhere.

-----------------

Ce livre est dans ma PAL depuis a peu près les débuts de mon blog. Oui oui, 2008 ou quelque chose du genre. Mais en même temps j'aime pas ce rat orange sur ma couverture. Sans parler du fait qu'au moment où il est arrivé dans la-dite PAL, je venais de lire UnLunDun qui avait des similitudes synopsiseque avec Neverwhere. Du coup j'ai eu beaucoup de mal à me lancer.

Et du coup, cette année, je me suis bottée les fesses pour arrêter de le juger à sa couverture et découvrir qu'il n'avait pas beaucoup de ressemblances avec UnLunDun à part l'idée d'un Londres d'en dessous.

On suit donc Richard Mayhew, jeune homme ni particulièrement attachant, ni particulièrement intéressant, qui, en aidant une jeune fille, se retrouve - disons le franchement - dans une situation plutôt foireuse, qui l'oblige à rejoindre le Londres d'en dessous pour chercher quelqu'un qui puisse l'aider. Il rencontre divers personnages plus loufoques les uns que les autres, de Door à Anesthesia, en passant par Messieurs Croup et Vandemar, Le Marquis de Carabas, des rats, Hunter et bien d'autres.

Dans une mission pour aider quelqu'un d'autre et s'aider lui même, Richard se retrouve en danger à plus d'une reprise, et se retrouve obligé de grandir un peu et de prendre ses responsabilités. Car le Londres d'en dessous est bien plus loufoque, dangereux et magique que le classique d'au dessus. On découvre également les subtilités des stations de métro du Londres d'en bas, ce que j'ai trouvé ça assez fun, même si Richard n'en dirait probablement pas autant ^^

Quand on lit un Gaiman, on retrouve toujours le même genre d'ambiance un peu sombre, grotesque et particulière (avec un flegme très britannique), mais je dois dire que j'ai plus accroché à cette histoire à d'autres que j'ai pu lire de lui. Déjà parce que ça part un peu moins en WTF complet que d'autres (American Gods, je te regarde) mais aussi parce que du coup c'est un peu facile de s'identifier au personnage à qui il arrive ces aventures, parce que dans l'irréalisme, ça reste cohérent.

Il y avait quelques lenteurs, et parfois j'avais un peu de mal à avancer, mais au final ce n'était pas si marqué que ça, et je me suis bien plu dans ma lecture. Du coup je suis contente d'avoir enfin franchi le pas, parce que c'était plutôt sympa, et plein de bonnes idées (le pouvoir de Door, le marché flottant, etc).

Si vous pouvez, essayez de vous procurer une édition (comme celle présentée ici par exemple, si vous lisez en anglais) qui contient l'introduction de Neil Gaiman qui explique l'évolution du texte, et un second prologue en fin de livre, c'est plus sympa !

 

Citations :

* “You must never imagine, that just because something is funny, it is not also dangerous.” 

* “Richard made a break for it. 'Sorry,' he said to the stunned guard, as he yanked his arm out of the man's grip, and fled. 'Wrong London.' ” 

* “He had noticed that events were cowards: they didn't occur singly, but instead they would run in packs and leap out at him all at once.” 

* “Nice' in a bodyguard is about as useful as the ability to regurgitate whole lobsters.” 

* “Can I help you?" said the footman. Richard had been told to fuck off and die with more warmth and good humor.” 

 

1996, 372p.
Editeurs : Headline
Titre français : Neverwhere

Ils en parlent aussi : Miss Spooky Muffin, Erato, Blackwolf, Nathalie, Lelf...

Commenter cet article

Acr0 27/12/2016 22:06

Ah je compatis, c'est vrai que la couverture n'est pas une réussite à mes yeux non plus. Je suis ravie que tu aies découvert le roman malgré tout (et enfin ? ;)). C'est mon roman préféré de Gaiman - parmi ceux que j'ai lus, je n'ai pas découvert sa bibliographie complète encore.

Lyra Sullyvan 28/12/2016 17:52

Ben écoute pour l'instant pareil, mon préféré :)

Karine Minier 26/12/2016 22:03

J'avais adoré celui-là... je l'ai lu à Londres, il y a des années... C'était ma première visite et j'avais carrément fait une balade dans les stations de métro pour tout voir! Mais bon, j'adore Gaiman et le grand n'importe quoi... du coup...

Lyra Sullyvan 28/12/2016 17:53

Oh trop chouette ! Je vais à Londres en avril, c'est tentant du coup ^^