Publié par Lyra Sullyvan

One night fifteen-year-old Lina, her mother and young brother are hauled from their home by Soviet guards, thrown into cattle cars and sent away. They are being deported to Siberia. An unimaginable and harrowing journey has begun. Lina doesn't know if she'll ever see her father or her friends again. But she refuses to give up hope.

-----------------------------

Non, ne partez pas, promis, le titre ressemble, mais ça n'a rien (mais alors RIEN) à voir avec un autre bouquin avec des nuances de gris :P Maintenant que c'est établi, passons aux choses sérieuses.

Comme tous ceux qui ont lu ce livre vous dirons, il apporte un témoignage différent de ceux que l'on connaît puisqu'ici nous suivons la partie déportation vers les camps de travail soviétiques, pas ceux des nazis. Si les résultats peuvent être semblable, les choses ont malgré tout une empreinte différente et méritent elles aussi d'être connues.

On suit donc Lina, son frère et sa mère, enlevés un soir dans leur maison, en Lituanie, et déportés progressivement vers l'autre bout de la Russie, très au nord. Ils s'arrêtent plusieurs fois dans des camps de travail pendant de longues périodes, camps aux allures de petits villages, mais qui n'ont rien de champêtre comme vous vous en doutez.

Lina essaye de survivre à tout ça en se réfugiant dans le dessin dès qu'elle le peut, et en pensant à son père qui lui a suivi un chemin différent, étant un homme. Je sais que ce livre a marqué pas mal de gens, mais personnellement, si j'ai apprécié les nouvelles perspectives que ça m'a donné sur la deuxième guerre mondiale, et que l'histoire se lit relativement bien, je n'ai pas ressenti cette énorme émotion à la lecture. Je trouvais qu'on avait un certain détachement au personnage, Lina y compris, qui ne m'a pas permise de vraiment m'y attacher (c'est peut-être pas plus mal vu le contexte). J'avais l'impression de voir l'histoire au travers d'une brume, sans vraiment beaucoup d'émotions. De plus je trouve que les personnages évoluent assez peu et restent dans les mêmes schémas. Lina m'agaçait à refaire plusieurs fois les mêmes erreurs sans apprendre de la situation, alors que sa vie était en danger.

Bref c'est un bon bouquin, c'est indéniable, mais je ne parlerai pas de coup de cœur comme beaucoup (et pourtant je suis loin d'être insensible hein ^^' mais je deviens peut-être plus exigeante dans mes lectures, je ne sais pas) car j'ai eu du mal à m'attacher aux différents personnages qui me semblaient parfois insipides. Hors vous me connaissez, l'un des trucs qui me parle le plus dans un bouquin c'est les persos et leur évolution.

2011, 338p. Editeurs : Penguin Titre français : Ce qu'ils n'ont pas pu nous prendre

Ils en parlent aussi : Leo_Elfique, Radicale,

Commenter cet article