Publié par Lyra Sullyvan

"When I was asked to choose a myth to write about, I realized I had chosen already. The story of Atlas holding up the world was in my mind before the telephone call had ended. If the call had not come, perhaps I would never have written the story, but when the call did come, that story was waiting to be written. Rewritten. The recurring language motif of Weight is ‘I want to tell the story again.’ My work is full of cover versions. I like to take stories we think we know and record them differently. In the retelling comes a new emphasis or bias, and the new arrangement of the key elements demands that fresh material be injected into the existing text. Weight moves far away from the simple story of Atlas’s punishment and his temporary relief when Heracles takes the world off his shoulders. I wanted to explore loneliness, isolation, responsibility, burden, and freedom, too, because my version has a very particular end not found elsewhere."

---------------------------------

Il a été proposé à Jeanette Winterson de réécrire un mythe de son choix, et très rapidement celui-ci s'est porté sur celui d'Hercules et Atlas (vous savez, l'histoire du jardin des Hesperides, la pomme d'or, tout ça tout ça).

Ce livre m'avait été offert lors d'un swap il y a plusieurs années de ça, et je me disais qu'il était temps que je le sorte de ma PAL, d'autant que j'aime bien la mythologie grecque ! En plus c'est une lecture assez rapide. Peu de pages, de grandes marges... Donc ça ne me prendrait pas beaucoup de temps et me donnerait l'impression de lire plus :P (j'arrête pas de lire des bouquins un peu épais ces temps-ci alors j'en avais besoin).

Donc bref, on retrouve le mythe avec ses points clés, mais raconté autrement. Et je crois que le problème que j'ai eu ici c'est la manière dont ça a été raconté. J'ai eu un peu de mal avec le style, et on peut relater un Hercule brute, et obsédé sans avoir besoin de parler de masturbation ou de pénis, d'avoir envie de violer des femmes, de couper des têtes comme ça pour le fun, ou de téter sa belle mère, régulièrement dans l'histoire. Le seul moment où le personnage est intéressant c'est quand il commence à se poser des questions, mais ça retombe aussitôt, comme un soufflé. Après clairement, les descriptions positives d'Hercules sont rares, mais je les ai trouvé mieux écrites/réalisées ailleurs.

Atlas avait en revanche un côté bien plus touchant ici, plus réfléchi. En fait j'aurais aimé que l'histoire se centre plus sur lui que sur Hercule, parce que c'était les seuls chapitres intéressants. Je sais qu'il n'y a pas besoin d'apprécier un personnage pour aimer une histoire, mais là c'était juste vulgaire et grotesque, alors les chapitres sur le demi-dieu me soûlaient passablement. Les dialogues manquaient parfois de cohérence, l'histoire est un peu expédiée et moins complexe que ce qu'elle n'est dans les autres versions, et du coup ça ne l'a pas vraiment fait pour moi. Encore une fois, heureusement qu'il y a avait quelques chapitres intéressants du côté d'Atlas sinon je crois que je n'aurais pas aimé du tout le livre.

En plus, j'étais un peu perplexe avec les deux/trois chapitres à différents endroits où subitement on reprend le point de vue de l'auteur en sortant de l'histoire pour qu'elle nous raconte pourquoi elle choisit ce mythe, son enfance, l'exploration de l'espace par les russes, etc. C'est déstabilisant, y a de la redite, et ça n'apporte pas grand chose à l'histoire. Ça aurait suffit en préface, qui existe d'ailleurs déjà. La ça casse un peu le rythme, on met du temps à comprendre ce qu'il se passe et si on est toujours dans l'histoire, qui parle, etc.

Bref je n'ai pas accroché au style de l'auteur, et c'est un peu dommage parce que d'autres livres d'elles me tentaient, mais du coup, je ne sais pas trop si je vais me lancer dedans..

Citations :

* “The free man never thinks of escape.”

* “Nothing has an unlikely quality. It is heavy.”

* “The ancients believed in Fate because they recognized how hard it is for anyone to change anything. The pull of past and future is so strong that the present is crushed by it. We lie helpless in the force of patterns inherited and patterns re-enacted by our own behavior. The burden is intolerable.”

2005, 151p. Editeurs : The TextPublishing Company Titre français : Non traduit

Commenter cet article