Publié par Lyra Sullyvan

Philip K. Dick - Le Maître du Haut Château

En 1947 avait eu lieu la capitulation des alliés devant les forces de l'axe. Cependant que Hitler avait imposé la tyrannie nazie â l'est des Etats-Unis, l'ouest avait été attribué aux japonais. Quelques années plus tard la vie avait repris son cours normal dans la zone occupée par les nippons. Ils avaient apporté avec eux l'usage du Yi-King, le livre des transformations du célèbre oracle chinois dont l'origine se perd dans la nuit des temps. Pourtant, dans cette nouvelle civilisation une rumeur étrange vint à circuler. Un homme vivant dans un haut château, un écrivain de science-fiction, aurait écrit un ouvrage racontant la victoire des alliés en 1945...

-------------------------------

J'aime beaucoup les uchronies, et l'idée de départ de celle-ci m'a fait envie pendant longtemps. Mais plus qu'une histoire, je me suis sentie face à des tranches de vies de divers personnages, sans évolution d'intrigue super intéressante... sans vraiment d'intrigue d'ailleurs. Et le peu de fois où cela devient un peu excitant, qu'il y a du mouvement, des avancées, ça retombe comme un soufflé.

J'ai eu beaucoup de mal avec le style, l'auteur se perd en réflexions et pensées de personnages quelque peu complexe. Je ne sais pas si c'est parce qu'il me manque le bagage historique et politique pour comprendre, mais j'avais envie de sauter de longs passages par moment parce que je ne saisissais pas la teneur de ce qu'il se disait (que ça soit dans les pensées des personnages, dans la lecture du Yi-King ou même certains passages du livre interdit dont on a régulièrement des extraits), comme si des mots avait été juxtaposés pour faire une phrase sans en faire vraiment du sens. Je ne sais pas si c'est la traduction qui veut ça, ou si c'est aussi fouillis en VO mais du coup j'ai eu du mal à accrocher.

La fin quant à elle m'a laissé un sentiment de déception parce que ce n'est pas vraiment une fin, on se sait pas comment continue l'histoire, comme s'il manquait la suite. L'auteur envisageait d'en écrire une, d'où, les deux chapitres bonus, début de sa tentative avortée, mais j'ai l'impression que dans un premier temps il visait plus l'histoire solo, et du coup ça fait assez peu de sens de laisser les choses comme ça, pour moi.

J'ai cependant apprécié que les personnages soient réalistes : sans être forcément attachant, c'était loin d'être manichéen, et on avait accès aux pensées de plusieurs des personnages (quand elles étaient compréhensibles et qu'ils ne viraient pas à la folie sans trop de raison parfois), leurs bons et mauvais côtés, leurs soucis, leurs magouilles, etc.

J'ai également apprécié l'idée de cette uchronie sur le changement d'un point qui a modifié l'issue de la deuxième Guerre Mondiale, sur comment le monde est devenue après ça, même si comme je le disais plus haut, j'ai trouvé que ce n'était pas développé très clairement et que ça aurait pu être beaucoup plus intéressant à mes yeux, d'un point de vue politique et stratégique, pour l'histoire.

Enfin, je n'ai pas trouvé le titre hyper pertinent même si on comprend d'où il vient dans l'histoire, et qu'il a une sonorité sympa, je ne sais pas, je suis un peu déçue.

Je vais maintenant pouvoir me lancer dans la série et voir si ce support me convainc davantage !

Citations :

* "Nous vivons dans un monde psychotique.
Les fous sont au pouvoir. Depuis quand en avons-nous la certitude ?
Depuis quand affrontons-nous cette réalité ? Et... combien sommes-nous à le
savoir ?"

* "- Je l'ai lu aux cabinets, dit Joe. Je le cachais sous un oreiller .A vrai dire je l'ai lu parce qu'il est interdit."

* "C’est une thérapeutique de rencontrer ces gens qui vous ont intimidé. Et de découvrir comment ils sont en réalité. Alors on cesse de l’être."

* "Assis sur son lit, une tasse de thé tiède à portée de la main, Frink s'empara de son exemplaire du Yi King puis tira de leur étui de cuir les quarante-neuf tiges d'achillée."

1962, 380p.
Editeurs : J'ai lu
Titre original : The Man in the High Castle

Ils en parlent aussi : Blackwolf, Nathalie, Lynnae, ...

Commenter cet article

Zina 15/08/2016 21:10

J'ai beaucoup aimé la 1ere saison de la série, et je me disais qu'il fallait que je tente le livre mais ce que tu en dis n'est pas très convaincant.

Lyra Sullyvan 17/08/2016 10:49

Ouais je comprends. Pour avoir vu la série après coup, il y a pas mal de changements, genre le film est un livre dans le livre, y a plein de scènes nouvelles/différentes du livre, des personnages plus exploités. Au final c'est intéressant d'avoir les deux visions, mais j'ai tendance à préférer la série oui :)

Nathalie 31/01/2016 20:32

Même impression que toi, globalement. J'ai peut-être mieux apprécié l'importance du contexte, parce que même si l'auteur choisit de ne pas détailler le côté historique et politique de son uchronie, le fait de suivre un juif américain pourchassé dans son propre pays ou un Japonais en position d'envahisseur a quelque chose de très puissant et à la fois surréaliste. Mais oui, si l'idée est bonne, le développement est assez rébarbatif et la fin est carrément décevante.

Lyra Sullyvan 01/02/2016 12:43

Oui clairement, les idées étaient bonnes mais la réalisation m'a moyennement plu.

Frankie 28/01/2016 11:29

Je l'avais lu en 2010 et ça avait un de mes flops de cette année-là. Je suis assez d'accord avec tout ce que tu dis dans ta chronique en fait (et le fait que l'idée de départ était super bonne :)) En revanche, je suis en train de regarder la série télé et je la trouve super :)

Lyra Sullyvan 28/01/2016 14:06

Pareil, je viens de commencer la série et pour l'instant elle me plaît bien. C'est plus compréhensible, plus clair ^^