Publié par Lyra Sullyvan

(C'est un tome 3, donc comme d'hab, si vous ne voulez pas être spoilés, ne lisez pas le résumé ci-après)

"J'ai envie de pleurer sur cette humanité qui refuse d'être humaine, pleurer sur ces malheureux prêts à défier tous les dangers, toutes les souffrances pour goûter quelques miettes de bonheur. Pleurer sur les fous qui refusent de partager les richesses, les terres et le savoir. Ni les possessions ni le pouvoir ne rendent heureux." La guerre fait rage entre les royaumes coalisés des Amériques et l'Arcanecout, dernière terre libre pour Jean et Clara. Jean est parti sur le front et se bat auprès des troupes alliées, avec son ami indien Elan-Gris. Il a laissé Clara seule, dans les hauteurs de San Francisco. La ville est délabrée, la population meurt de faim. Mais la jeune femme se bat avec ses compagnes d'infortune pour survivre. Jean et Clara connaîtront-ils un jour le bonheur d'être ensemble ?

-------------------------------------

Avec ce tome ce clos cette chouette trilogie uchronique (sur l'aspect "et si la révolution avait échoué"). On retrouve donc Jean et Clara sur le continent Américain, en Arcanecout, séparés par la guerre, poursuivant leur idéal de cette terre libre. Mais les roicos (royaumes coalisés) en ont décidé autrement et font tout pour exterminer cette région qui donne de mauvaises idées au reste du monde.

On voit comme ils ont grandi depuis le premier tome, mais leurs rêves les portent toujours autant. Pas mal de thèmes sont abordés avec plus ou moins de discrétion, à commencer par la guerre, les idéaux ou encore le féminisme, les croyances et l'attention des dirigeants envers leur peuple.

J'aime beaucoup l'écriture de M. Bordage ici, parce que malgré les horreurs qu'il raconte, dues à la guerre, le ton reste très doux et j'en ressors avec une impression de conte, avec des personnages un peu naïfs mais pas passifs pour autant, et qui n'ont pas froid aux yeux.

J'apprécie également voir les différences apportées par l'auteur dans ce monde qui n'a pas évolué comme le notre et où la Californie existe mais ne porte pas ce nom, les indiens d'Amériques sont moins intégrés/influencés par la societé (et un chouilla moins endomagés aussi).

Bref, pas besoin d'en faire des tartines, vous aviez déjà mon avis sur les deux précédents, mais je trouve cette petite trilogie très chouette, rapide à lire et plein d'intérêt. Un Bordage peut-être un peu plus orienté jeunesse, mais qui se lit très bien même après.

Citation :

"C'est le lieu de tous les possibles. Le lieu où tout commence à chaque instant. Le lieu où les êtres humains osent."

2012, 316p. Editions : J'ai Lu (SF)

Ils en parlent aussi : Snow

Articles liés : Ceux qui sauront, Ceux qui rêvent

Commenter cet article